AccueilUn broyeur végétal pour l'AREMS

Un broyeur végétal pour l'AREMS

L'association, qui a bénéficié d'un versement de la réserve parlementaire, s'est équipée d'un broyeur végétal. L'intérêt est double : ne plus recourir au brûlage et employer le broyat comme paillis.

 Depuis plus de 20 ans, l’AREMS œuvre pour le reboisement et l’entretien du massif de Sainte-Propice. Ses bénévoles, en lien avec ceux du CCFF, procèdent à des opérations de brûlage plusieurs fois par an pour éliminer les coupes et les végétaux morts. "La réglementation est de plus en plus contraignante en raison du risque incendie" explique Frédéric Cauhapé, le président, "nous sommes parfois obligés d’annuler une campagne à la dernière minute, alors que tout le monde s’est mobilisé".
La solution ? Le broyeur végétal. L’AREMS s’est équipée grâce à l’attribution de 10 000 € de la réserve parlementaire du Député Jean-Pierre Maggi. Broussaille, argelas, pin sec, chêne kermesse, etc., rien ne résiste au moteur qui broie jusqu’à 9 m3 par heure. Si la machine permet de s’affranchir des autorisations de brûlage, elle présente aussi l’avantage de produire un broyat à répandre comme paillis fertilisant au pied des oliviers. Un geste pour l’environnement !

Publié le 13 septembre 2017.

Liste des actualités