Le patrimoine, un héritage précieux

Un mobilier oléicole figé dans le temps

Le Moulin de la République d’une superficie de 320 m², a servi à la production d’huile d’olive pendant tout le 19ème siècle et jusque dans les années 1930. Il a été ensuite successivement transformé, notamment en bergerie, en grange, puis comme garage pour les pompiers. De nombreuses utilisations dont aucune n’a altéré sa composition et les nombreux trésors qu’il renferme.
Sa meule de 4m de diamètre, les chapelles encadrant les presses à bras, avec 4 presses historiques de l’entreprise aixoise Coq, dont deux datées de 1877, ses cuves à décanter en pierres monolithes qui permettaient de séparer l’huile de l’eau, le puit et sa pompe à eau… tout est resté figé dans le temps.

La Ville, qui a racheté ce bâtiment en 2010 dans un but de valorisation et de conservation, a monté en 2017 un dossier de protection du mobilier au titre des Monuments historiques. Ce dernier a pu passer devant une première Commission Régionale du patrimoine et de l’architecture le 9 octobre 2019, composée d’une délégation permanente d’élus et de professionnels de la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles). Une deuxième commission aura bientôt lieu afin de valider définitivement sa protection. Le bâtiment devra ensuite faire l’objet de travaux de mise en conformité afin qu’il puisse accueillir du public.

But de la démarche :

Conserver en l’état tout le mobilier oléicole du moulin et le rendre accessible au public.

Des démarches transversales

En juin dernier ont eu lieu les Journées nationales de l’archéologie (JNA). Pour l’occasion, l’INRAP (Institut national de recherche en archéologie préventive) a organisé au siège de l’Unesco à Paris, un colloque auquel les participants des JNA étaient invitées. Ce congrès avait pour but de rendre compte des tendances nationales et européennes en terme d’archéologie. Le service patrimoine y était présent afin de représenter Velaux et de faire connaître sa richesse patrimoniale et archéologique auprès des différents acteurs.
Les Journées de l’archéologie qui par ailleurs avaient remporté un vif succès en 2019 à Roquepertuse, avec plus de 1000 visiteurs, seront réitérées cette année afin qu’elles puissent se pérenniser. L’étendue du patrimoine archéologique velauxien donnera sans aucun doute la possibilité de renouveler les thématiques de l’événement au fil des ans afin d’en faire découvrir toute sa richesse.

Un projet de regroupement de sites patrimoniaux

Faire de ce patrimoine un vecteur pertinent pour l’éducation artistique, culturelle et scientifique.

Oppida 13 est une initiative de la Ville lancée en octobre 2018 qui a pour objectif de référencer tous les sites gaulois autour de l’étang de Berre. Ce projet qui rassemble divers organismes dont plusieurs collectivités territoriales, des archéologues et professionnels du patrimoine implantés dans tout le département, vise à fédérer toutes les associations, acteurs publics, propriétaires ou gestionnaires publics ou privés de sites ou de musées et établissements universitaires, autour de la valorisation des sites gaulois dans un premier temps des Bouches-du-Rhône, puis ultérieurement de la Région Sud.
Le réseau a pour ambition l’organisation de manifestations culturelles, visites guidées, conférences, la création et l’entretien de circuits balisés sur le terrain, ou la diffusion de documentation à destination du grand public et de la communauté scientifique. Il aura aussi pour but de faire de ce patrimoine un vecteur pertinent pour l’éducation artistique, culturelle et scientifique à destination de tous et de contribuer à une politique d’insertion sociale et professionnelle en direction des publics en difficulté.

En octobre dernier des médiateurs du Musée d’histoire de Marseille accompagnés d’archéologues se sont rendus à Velaux pour y découvrir le dépôt archéologique, la Tour Musée, le site de Roquepertuse ainsi que la politique de la Ville en terme d’Education artistique et culturelle (EAC). Cette visite organisée par le service patrimoine a permis de leur présenter les collections du site de Roquepertuse en vue d’une collaboration au sein d’Oppida 13.
Une charte rédigée par l’ensemble des acteurs du réseau est actuellement en cours de signature.

Objectif :

Mise en valeur des richesses archéologiques gauloises et création d’un réseau de sites gaulois.

Actualités liées

Toutes les Actualités

Il découvre un mur antique dans sa cave !

Tourisme et patrimoine

Lire l'article

Envie de balades ?

Sécurité

Tourisme et patrimoine

Lire l'article

Culture Backstage Velaux

Culture

Education artistique et culturelle

Espace NoVa Velaux

Lire l'article