Un nouveau dinosaure découvert à Velaux

Une fois encore, le riche sous-sol velauxien nous dévoile des trésors d’un autre temps : une équipe paléontologique internationale, pilotée par des membres de l’Université de Poitiers, vient de publier dans la revue Historical Biology* la découverte d’un nouveau genre de dinosaure, daté de 74 millions d’années, provenant du riche gisement de La Bastide Neuve, à Velaux. Celui-ci présente plusieurs caractères anatomiques originaux qui le distinguent de l’Atsinganosaurus velauciensis (premier titanosaure découvert à Velaux, décrit en 2010). Il est le cinquième titanosaure découvert en Europe, révélant une grande diversité de ces sauropodes (des dinosaures végétariens de grande taille), qui vivaient dans l’archipel européen à la fin du Crétacé supérieur (de -99 à -66 millions d’année). Garrigatitan est représenté à Velaux par des individus sub-adultes qui mesuraient entre 4 et 6 mètres et avaient un poids avoisinant les 2 à 2,5 tonnes. A l’âge adulte, ce dinosaure devait atteindre les 12 mètres et correspond donc au titanosaure le plus grand connu en Europe à cette période du Crétacé.

Un géant de la garrigue qui dévoile un nouveau genre de titan européen

Le site de La Bastide Neuve a livré depuis plusieurs années un grand écosystème de reptiles et dinosaures. L’Atsinganosaurus velauciensis était jusqu’à présent considéré comme le seul titanosaure du site. Les analyses d’une cinquantaine d’ossements ont permis d’identifier et de décrire un nouveau taxon : Garrigatitan meridionalis, le Titan des garrigues. Il fait partie de la famille des Lirainosauridae et se rapproche d’un autre titanosaure français : Ampelosaurus atacis (site de Bellevue, dans l’Aude).

Un titanosaure plus grand que ses cousins !

Cinq taxons de titanosaures sont désormais connus pour la période du Crétacé Supérieur sur l’ile ibéro-armoricaine : Lirainosaurus et Lohuecotitan (provenant d’Espagne), Ampelosaurus, Atsinganosaurus et Garrigatitan (provenant de France). Habituellement, les titanosaures européens sont de taille plutôt modeste, entre 4 et 9 mètres et leur poids entre 1,5 et 5 tonnes. Le phénomène d’insularité expliquerait en partie des cas avérés de nanisme. Pour le Garrigatitan, la découverte de deux os larges, un ulna (66 cm) et un humérus (longueur préservé de 60 cm), suggère des individus adultes pouvant atteindre jusqu’à 12 mètres. A Velaux, ces deux types de sauropodes, l’un de taille moyenne, Atsinganosaurus, et l’autre plus grand, Garrigatitan, se partageaient donc le même écosystème, impliquant une structuration des populations et des relations comportementales plus complexes que celles établies jusqu’à présent.

* Cette étude, parue dans la revue Historical Biology, a été conduite par V. Díez Díaz du Museum für Naturkunde Berlin (Allemagne) avec des collègues de l’Universidad del País Vasco (Bilbao, Espagne), de la Vrije Universiteit Brussel (Belgique), de l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique (Bruxelles, Belgique) et pilotée par l’Université de Poitiers (X. Valentin et G. Garcia, PALEVOPRIM – UMR 7262).

Les collections paléontologiques exposées au Moulin Seigneurial
L’Atsinganosaurus velauciensis, le Matheronodon provincialis, le Mistraladzarcho maggii et le Dinocarcinus velauxiensis accueillent désormais le Garrigatitan meridionalis au sein du Musée du Moulin Seigneurial. Venez admirer cette fabuleuse collection dès la réouverture des musées !


Actualités liées

Toutes les Actualités

La culture à portée de clic

Covid-19

Culture

Médiathèque

Tourisme et patrimoine

Lire l'article

Il découvre un mur antique dans sa cave !

Tourisme et patrimoine

Lire l'article

Sorties liées

Tout l'Agenda

19
Sep
28
Août

Ces Velauxiens venus d’ailleurs

Exposition

Culture

Tourisme et patrimoine

Voir l'événement